Les lettres, les langues, les sciences humaines ou le droit vous ouvrent leurs portes. Mais elles manquent de débouchés. Il est donc fortement conseillé de définir un projet professionnel concret que seul un choix de formation dûment réfléchi permettra de mener à bien. Le plus ? Une langue en parallèle par enseignement à distance (CNED) par exemple.

A l’université

Les bacheliers littéraires ont accès aux filières :

  • Lettres : lettres classiques, lettres modernes, sciences du langage (linguistique).
  • Langues : LLCE (langue, littérature et civilisation étrangères), LEA (langues étrangères appliquées), langues et cultures régionales, information et communication.
  • Sciences humaines et sociales : géographie, histoire, philosophie, psychologie, sociologie.
  • Arts : arts plastiques, arts du spectacle, histoire des arts et archéologie, musique.
  • Droit 

Le niveau licence, permet aux étudiants d’acquérir les fondamentaux dans la discipline choisie et d’accéder au programme du master ou de préparer une entrée dans le monde professionnel en choisissant la voie des IUP (Bac+1).

Les formations courtes à l’université débouchent directement sur la vie active et bénéficient d’une bonne image auprès des entreprises.

Le BTS – Brevet de technicien supérieur  est un diplôme spécialisé qui prépare les étudiants à maîtriser les techniques d’un secteur professionnel précis. Les bacheliers littéraires sont considérés comme des généralistes, mais si leur dossier est bon, la candidature a toutes les chances d’être acceptée.

Le DUT – La préparation d’un Diplôme universitaire de technologie permet d’acquérir une formation générale et technologique étendue.

 

Dans les Grandes écoles

Pour ceux qui ont d’excellents résultats et sont laborieux une orientation vers les classes prépas est conseillée. Il faut  envisager aussi une solution de rechange en cas d’échec.

Pour s’inscrire en prépa littéraire il est indispensable un très bon niveau en français, philosophie, histoire, langues, des facilités d’expression écrite et orale, une très bonne culture générale et de la précision, un esprit méthodique et critique.

Les candidats peuvent s’inscrire en prépas :

  • Lettres : voie classique, à la difficulté réputée qui mène à l’ Ecole normale supérieure (ENS) Ulm (Paris)
  • Lettres et Sciences humaines : prépare au concours de l’ENS LSH Lyon
  • Lettres et Sciences sociales : comporte beaucoup de maths et de sciences sociales. Les élèves tentent les ENS de Paris, Lyon et Cachan, ou encore les concours des écoles de commerce
  • à l`ecole des Chartes qui s’adresse aux latinistes de haut niveau et forme des archivistes et des conservateurs. Matières principales : latin, histoire, français, grec et langues vivantes.
  • à Saint-Cyr Lettres : accessible aux bacheliers qui ont un excellent niveau à la fois en lettres et en maths et se préparent pour devenir officier de l’armée de terre.
  • à l’ENS Cachan : pour devenir enseignant en arts plastiques et appliqués, en sciences et techniques économiques, en langues.

Les littéraires peuvent également avoir accès aux écoles supérieures de commerce et de gestion à condition de choisir une prépa économie.

Les littéraires passionnés par l’actualité peuvent se présenter à l’entrée des Instituts d’études politiques.

La plupart des chambres de commerce et d’industrie gèrent des écoles de formation professionnelle. Elles offrent aux jeunes des qualifications en commerce, gestion et technologie.

 

Métiers 

Les métiers qui correspondent aux capacités des littéraires sont:

 

L'enseignement : devenir prof constitue un débouché naturel pour les étudiants issus de la série littéraire.

 

Le journalisme : un excellent niveau de culture générale s'impose pour intégrer une école de journalisme, l'idéal étant une formation de type sciences po. Il existe également quelques formations universitaires très prisées (CELSA - Paris).

 

La communication : un domaine attractif, de la communication interne à la communication externe (relations publiques).

 

Les métiers du livre : dans  l'édition et la librairie

 

La documentation

 

L'interprétariat et la traduction : il est conseillé de maîtriser trois langues, dont une langue rare (inscrivez-vous à l’INALCO). Des opportunités existent dans les secteurs du tourisme, du commerce international et du secrétariat.

 

Les carrières artistiques : il faut du talent et beaucoup de travail.

 

La fonction publique : pour ceux qui cherchent une stabilité de l'emploi.

 

Les carrières juridiques : de 10 à 12 % des bacheliers littéraires entrent en fac de droit. Difficiles au départ, les études sont pourtant prometteuses, surtout à un haut degré de spécialisation, notamment en droit des affaires.

 

Le secrétariat : en exploitant à fond l'atout des langues et de la culture générale, les métiers d’assistante trilingue, d’assistante de direction ou assistante export offrent de réelles perspectives, à condition de bien savoir utiliser l'outil informatique.

 

Le commerce et la gestion :  le commerce, la vente, la distribution, les achats sont des secteurs qui connaissent peu de chômage.

 

Le social, le socioculturel, le sport :  devenir assistant de service social, éducateur spécialisé, animateur socioculturel, moniteur de voile ou de ski.