Avant d’entrer au campus euro-latino-américain du collège universitaire de Sciences Po Paris j’habitai pendant quatre ans à Sofia. Ainsi au moment de postuler la question du choix du campus s’est posée entre celui de Dijon (spécialisé sur l’Europe centrale et orientale) et celui de Poitiers où je suis actuellement.

            Ecrit par Nicolas TENA

            Il faut savoir que pour réussir a entrer dans un des campus de Sciences Po par procédure internationale il faut avoir un lien avec la région étudiée. Par exemple dans mon cas c’est le fait d’être à moitié équatorien et d’avoir vécu en Amérique Latine qui constituaient mes arguments pour postuler à ce campus. Dans le cas d’étudiants bulgares il est logiquement attendu qu’ils postulent pour le campus de Dijon, mais si un étudiant est vraiment passionné par une autre région du globe et qu’il a de solides connaissances sur celle-ci, il peut tout à fait se voir accepter dans un autre campus que celui orienté sur l’Europe centrale et orientale. Intégrer ce campus était pour moi une chance d’étudier l’Amérique Latine tout en retrouvant certaines particularités du continent. En effet avant de venir en Bulgarie j’ai vécu près de 14 ans dans ce continent, ce qui a été l’un des atouts majeur pour mon accès à cette prestigieuse école. De plus comme je ne savais pas très bien vers quoi me diriger, la formation dans un premier temps généraliste de Sciences Po (qui ne s’axe pas que sur la science politique comme certains peuvent le croire) me convenait parfaitement.

            En plus du fait de pouvoir travailler sur l’Amérique Latine, ce qui m’a attiré c’est le parcours atypique que propose Sciences Po : tout d’abord deux ans au sein d’une ville à taille humaine durant lesquels nous enrichissons notre culture générale avec des cours variés allant de la science politique, le droit en passant par l’histoire et l’économie. Selon d’anciens étudiants, les deux premières années sont les meilleures de tout le parcours. Effectivement un vrai esprit de famille et d’entraide se crée au sein des étudiants venant des quatre coins du globe, ceci facilité par le fait qu’en général il n’y a pas plus de 200 élèves par campus (sauf à Paris bien sûr). Puis lors de la troisième année, tous les étudiants se voient dans l’obligation de partir à l’étranger que ce soit pour poursuivre les études ou dans le cadre d’un stage. C’est enfin en 4ème année que l’étudiant va se spécialiser en choisissant son Master qui se déroule à Paris.

            Mais Sciences Po ce n’est pas seulement un enseignement de qualité et un diplôme renommé. C’est aussi une série d’événements qui soudent les étudiants entre eux et permettent de rencontrer de nouvelles personnes. Comme par exemple l’école d’automne ou le Minicrit qui est le moment de l’année qui permet à tous les campus de se retrouver autour d’événement sportifs et artistiques. Sciences Po organise aussi tout au long de l’année de conférences qui impliquent des hautes personnalités ; cette année l’ensemble du campus de Poitiers a été invité à la remise du titre de Docteur honoris causa à l’ancien président du Brésil Lula da Silva.